Campagne Politiquement Jeune

La problématique générationnelle s’inscrit dans une problématique sociale plus large qui touche aussi aux questions de mixité, d’égalité, de discrimination…

La question de la jeunesse pose la question de la majorité : à quel âge est-on majeur ? Si la majorité légale est à 18 ans, les dispositifs mis en place viennent interroger cette majorité. La responsabilité pénale est fixée à 13 ans, la majorité sexuelle à 15 ans ; en revanche, les étudiants peuvent bénéficier de la sécurité sociale de leurs parents jusqu’à 20 ans, alors que l’apprentissage peut commencer à partir de 14 ans. À 16 ans, on peut travailler, conduire mais pas voter. Enfin, un jeune n’est éligible pour les élections présidentielles ou législatives qu’à partir de 23 ans… L’âge de la majorité, et donc de l’accès à la responsabilité, demeure par conséquent problématique.

Il nous semble qu’il y a une double urgence à construire une politique jeunesse ambitieuse et efficace.
L’urgence est d’abord démocratique : 1 % des jeunes de 18–29 ans sont membres d’un parti politique et seulement 2 % d’un syndicat. 40 % des 15-24 ans sont engagés dans une association mais seulement 6 % y occupent des responsabilités. 1 seul député de moins de 30 ans siège actuellement à l’Assemblée Nationale. Notre pays doit reconnaître les jeunes comme des citoyens à part entière.
L’urgence est aussi économique et sociale. Les jeunes, tant en milieu urbain qu’en milieu rural, sont confrontés à des difficultés d’insertion sociale et professionnelles importantes. Le taux de chômage des jeunes actifs de 15 à 24 ans est de 22 %. Les jeunes mettent plusieurs années pour accéder à un emploi stable et 150 000 jeunes sortent tous les ans des études sans qualification. Ils sont même 450 000, âgés de 18 à 24 ans, à vivre sous le seuil de pauvreté… Notre pays doit mesurer avec sérieux et responsabilité les difficultés économiques et sociales rencontrées par les jeunes.

Face à ces constats, le CNAJEP s’engage pour une nouvelle vision des politiques en direction de la jeunesse. En décembre 2006, le CNAJEP lançait la campagne Politiquement jeune et mettait en débat 20 propositions pour une politique qui considère la jeunesse comme une chance et non comme un problème. Une politique qui soit en capacité de répondre aux attentes légitimes des jeunes envers la société. Les pages qui suivent présentent des propositions enrichies de cette dynamique d’échange et de confrontation. Plutôt que de prétendre à l’exhaustivité, nous avons pris le parti de mettre en avant quelques propositions concrètes, ambitieuses et cohérentes qui ont émergé au cours des débats.

Ce texte de propositions devra servir de référence pour chacune des associations membres et devra être porté durant les cinq années de la nouvelle législature. La dynamique « Politiquement Jeune » sera en outre poursuivie, approfondie et enrichie par un élargissement des rencontres et des débats à de nouveaux acteurs : représentants institutionnels, corps intermédiaires, jeunesses syndicales et politiques, associations issues d’autres champs, etc.

Parce que la jeunesse a une voix à faire entendre, qu’elle agit et propose, nous interpellons les pouvoirs publics pour qu’enfin soit créée une véritable politique pour et avec les jeunes !

Le CNAJEP

Pour lire la suite du rapport télécharger ce fichier :

PDF - 169.1 ko
Campagne Politiquement Jeune