Les Manceaux brillent au 7e battle hip-hop ( MJC de la plaine du Ronceray)

La recette d’un bon battle de hip-hop ? Un Dj pour la musique (du rap old school de préférence), des danseurs pour faire le show, et un jury pour départager les deux équipes. La recette d’un bon battle de hip-hop ? Un Dj pour la musique (du rap old school de préférence), des danseurs pour faire le show, et un jury pour départager les deux équipes.
Trois danseurs du « Legiteam Obstruxion », le collectif de hip-hop manceau, se sont qualifiés pour les championnats du monde.

Un simple carré comme dance floor et voilà la MJC de la plaine du Ronceray qui s’embrase. Samedi après-midi, la salle était archi-complète et il fallait faire des petits pas pour avoir vu sur les danseurs. Plus de 250 personnes, principalement des ados, s’étaient en effet agglutinées autour du carré magique, pour venir admirer les affrontements entre la trentaine de danseurs présents.

Ce 7e battle de hip-hop, intitulé « Break 4 some action », était d’un très bon niveau. Normal quand on sait que les équipes, venues de toute la France, représentent la crème des crèmes des danseurs. Pendant près de quatre heures, elles se sont donc affrontées en duel, en trois contre trois. Chaque danseur s’élançant pour quelques secondes, dans des enchaînements de danse hip-hop, en chambrant, si possible, gentiment ses adversaires.

Pas de limite de temps, mais une règle simple : six passages sur le dance floor par équipe - neuf pour la finale - au cours desquels le jury composé de trois danseurs professionnels a jugé la souplesse, l’originalité et la difficulté technique. Un peu comme au patinage artistique, en somme.

Pour accompagner les danseurs, il fallait évidemment du bon son de rap old school, prodigué par DJ Siens, originaire de Chartres, et grand habitué de ce type de rendez-vous.

Et c’est finalement une équipe du collectif manceau, « Legiteam Obstruxion », la « LO 2 » composée de Marcio, Wilfried et Flamby, qui a remporté ce 7e battle. Décrochant ainsi leur ticket pour représenter la France aux championnats du monde, le 21 mars, à Copenhague.

Mélanie HOUTIN.
Ouest-France

voir sur le net