Uzès. Le délégué national des MJC débat à la mairie

JPEG - 14.9 ko
Uzès. Le délégué national des MJC débat à la mairie

Gilles Le Bail vient présenter le manifeste des MJC ce mardi soir, en mairie, à 18 heures. Il répond aussi à la polémique locale qui lie politique et subvention

ENTRETIEN

  • Pourquoi un manifeste des maisons des jeunes et de la culture ?

Le conseil d’administration des MJC m’a demandé de redonner de la lisibilité à des projets d’éducation populaire.
Le deuxième point était de retravailler avec l’ensemble de nos MJC sur tout le territoire, pour qu’elles puissent elles-mêmes évoluer et développer des projets qui prennent en compte les problématiques des jeunes, les problèmes de l’intergénérationnel, de la culture...Et il nous avait semblé qu’il y avait besoin de retravailler le thème du développement des services au public.
Quelles sont les principales stratégies de ce manifeste ?
On a écrit ce manifeste avec les parlementaires républicains, avec l’ensemble des partis politiques, les associations d’élus, le conseil économique
et social. Ce n’est pas simplement un écrit des MJC.
Notre objectif est que les MJC soient des lieux où se rencontrent des acteurs très différents.

  • Ce n’est pas le cas aujourd’hui ?

Disons qu’on pense qu’il faut réaffirmer cela. Cette dimension-là on l’avait soit un petit peu abandonné, soit pas suffisamment mis en avant.
On pense qu’en France il manque un peu des lieux de débat. Quand on voit le niveau de l’abstention aux élections régionales, on pense que les citoyens ont besoin de se réapproprier un certain nombre de lieux de débats, avec des acteurs de statuts très différents pour débattre des enjeux de territoire, de société, etc. A Uzès, le maire reproche à la MJC d’être trop politisée et lui a diminué ses subventions.

  • Ce problème a t-il guidé le choix d’Uzès pour votre intervention dans le Gard ?

Les MJC s’inscrivent dans une dimension citoyenne, dans une politique qui n’est pas une politique politicienne.
Ce que j’ai compris, à Uzès, c’est qu’il y avait le lien avec l’association de la Ligue des Droits de l’Homme qui se posait. Nos MJC sont apolitiques, c’est dans nos statuts. Par contre il me semble que la Ligue des Droits de l’Homme est plus une association de défense des droits, de promotion des Droits de l’Homme. Sur le principe, je ne vois pas pourquoi nos MJC ne seraient pas ouvertes à des associations de ce type .
Mais il peut y avoir un contexte local qui fasse qu’on y regarde de plus près.

Propos recueillis par Thierry MONTANER
http://www.midilibre.com/articles/2010/04/27/UZES-Le-delegue-national-des-MJC-debat-a-la-mairie-1205127.php5