24h des Réalisations

Le week-end du 27 février et 1er mars, s’est déroulé à Paris le tout premier grand challenge, au niveau national, des 24h des Réalisations, organisé par la Fédération française des Maisons des jeunes et de la culture (FFMJC) et son réseau de MJC.
On vous raconte cette aventure ? Allez, installez-vous confortablement sur votre siège, n’oubliez pas le pop-corn et… la projection peut commencer ! Lumière !
3… 2… 1… 0… !

Tout d’abord, ces fameuses 24h des Réalisations, qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi ça consiste ? Le challenge des 24h des Réalisations a été créé par la MJC de Dole, dans le Jura, une MJC d’ailleurs très impliquée dans les activités audiovisuelles et l’éducation à l’image avec le cinéma Le Studio. Il s’agit, sur un thème imposé, de réaliser en équipe la performance d’écrire un scénario, le jouer, tourner et monter le court-métrage en… 24h !

Ainsi, si le 9ème art a son défi fou des 24h de la BD au festival d’Angoulême, le 7ème art est tout aussi friand de ces incroyables expériences avec celle des 24h des Réalisations !

Ce challenge poursuit plusieurs objectifs, outre ceux de s’amuser et travailler en équipe, il s’agit aussi, dans l’esprit de l’éducation populaire, de promouvoir l’expression des jeunes par l’image, les sensibiliser au cinéma et à ses techniques, donner davantage de visibilité aux créations artistiques.

Si ce challenge se déroulait jusqu’alors seulement au niveau local, ce fut la première fois cette année qu’il fut organisé au niveau national, entre plusieurs collectifs de MJC, un moyen pour ses dernières de travailler sur des projets communs, de se rencontrer et entretenir, donc, le lien entre elles.

Ainsi, entre novembre 2014 et février 2015, chaque collectif de MJC a organisé, de manière autonome, ses premières manches qualificatives pour la finale parisienne. Comme pour le grand challenge national, les différentes équipes participantes devaient réaliser intégralement un court-métrage sur un thème imposé. Parmi les thèmes retenus lors de ces premières compétitions locales, on pouvait avoir par exemple « métamorphose », « si j’étais président-e », « à la manière de Twin Peaks »… Certaines compétitions ont drainé bon nombre d’équipes, toutes aussi motivées les unes que les autres comme la Tunisie, où 17 équipes ont participé à ces premières manches en janvier au Complexe de jeunes de Nabeul.

Ainsi, à l’issue de ces différentes compétitions amicales et locales, dix équipes (MJC Aliénor d’Aquitaine de Poitiers, MJC Espace Louis d’Aragon à Angoulême, MJC de Chenôve, MJC Lorraine de Vandoeuvre, MCL Gérardmer, MJC du Pays de Montbéliard,
MJC de Dole, MJC Jacques Prévert du Mans, MJC Région Elbeuf et la MJC de Maamoura en Tunisie, cette dernière en partenariat avec l’Institut français) étaient lauréates pour la grande finale nationale à Paris. Dix équipes au style différent mais toutes pleines d’enthousiasme et débordant d’imagination, prêtes à se donner à nouveau à fond pour une expérience incroyable.

Arrivée le vendredi 27 février dans la capitale, toute cette joyeuse troupe de cinéphiles a pu se rendre à une visite de la Cinémathèque française, suivie ensuite par une animation Table MashUp (outil pédagogique et ludique pour effectuer des montages d’images) en présence de son inventeur, Romuald Beugnon.

Samedi 28 février, 11h, coup d’envoi du grand challenge sur le thème de « Le fabuleux destin de… », c’est parti pour une aventure aussi intense que créative ! Investir la capitale, saisir toutes les opportunités que la ville offre entre ses parcs, ses grands boulevards haussmanniens, ses petites ruelles, ses grands monuments historiques, nos équipes ont bien profité des multiples possibilités que pouvaient leur offrir Paris pour le tournage de leur court-métrage ! Sans oublier le trio du making-off, Ludovic, Anthony et Ringo, qui ont arpenté toute la capitale, suivant et filmant les équipes en pleine action.

Dimanche 1er mars, 11h, fin de ces 24h trépidantes de tournage et montage, place à quelques petites heures de repos bien mérité pour nos équipes avant l’événement de l’après-midi ! Toute la troupe s’est ensuite rendue aux ateliers Varan, dans le 11ème arrondissement parisien. On prend place et on s’installe confortablement dans la salle de cinéma pour assister aux projections. Chacune des équipes était invitée à se présenter, parler de son expérience et de son court-métrage, comment est-ce qu’il avait perçu et travaillé le sujet, leurs idées.

Dix courts-métrages ont ainsi été diffusés, tout aussi géniaux les uns que les autres, faisant montre d’une qualité tant du point de vue de la réalisation, du jeu d’acteurs et des techniques de montage ; dix courts-métrages originaux et s’inscrivant dans des genres variés, certains privilégiant le registre comique, d’autres dramatique mais aussi philosophiques et poétiques. Bravo à vous tous et toutes pour ces oeuvres !
Les projections terminées, les équipes se sont retirées, laissant au jury le difficile travail du choix des trois courts-métrages qui seront primés, un choix des plus cornéliens ! Et dans ces moments d’attente, pouvant paraître des plus longs, le suspense ne faisant que monter, rien ne vaut le plaisir d’une petit collation, tout en discutant et échangeant sur les différents courts-métrages de diffuser, chacun et chacune s’exprimant sur lequel il a préféré, ce qu’il a particulièrement aimé dans un ou s’amusant à faire des pronostics.

Ça y est, le jury sort de la salle de cinéma et refait surface. Le temps d’un verre de soda et de croquer dans un cookie, la salle commune se remplit, les résultats vont tomber ! Roulement de tambours ! Mais d’ailleurs… Qui sont les membres de ce jury ? Composé de cinq personnes, nous y retrouvons, par ordre alphabétique François Campana (directeur de l’association KYRNEA International qui coordonne le dispositif interministériel « PASSEURS D’IMAGES »), Philippe Germain (délégué général de l’Agence du court-métrage), Jean Pierre Thorn (réalisateur et documentariste) ainsi que Claire Vapillon (vice-présidente de la FFMJC et présidente de la MJC Centre Image du Pays de Montbéliard).

Après que les membres du jury aient félicité les participant-e-s pour leur performance, ce fut l’annonce attendue des trois courts-métrages primés !
Le prix de l’Agence du court-métrage a été décerné à la MJC Aliénor d’Aquitaine de Poitiers pour leur film d’animation poétique « Le temps qu’il faut », elle obtient aussi un abonnement au magazine Bref et des accréditations pour le festival Film d’un jour de Montbéliard. La MJC Jacques Prévert du Mans a remporté le prix Coup de coeur du jury avec leur court-métrage, très drôle, « Le fabuleux destin presque raté de Fabruce Vyllis », sans oublier un stage sur une technique audiovisuelle. Le Grand prix a été remis à la MJC Espace
Louis Aragon d’Angoulême pour le court-métrage « Henry » où un pigeon talentueux y tient le premier rôle, avec en plus un stage de coaching personnalisé autour du cinéma. Enfin, les participant-e-s ont pu toute repartir avec un DVD.

C’était le premier challenge de niveau national des 24h des Réalisations de la FFMJC et ce sera loin d’être le dernier ! Vivement l’année prochaine !

Un DVD sortira bientôt, vous pourrez y retrouver les dix courts-métrage et aussi le making-off de cette trépidante aventure des 24h des Réalisations !

Astrid Marabet, volontaire à la FFMJC, étudiante en histoire Paris-Sorbonne

JPEG - 147.2 ko
24 des réalisations FFMJC

PDF - 427.8 ko
24h des réalisations FFMJC - résumé 1er grand challenge national